12 janvier 2007

Impression de déjà vu.

Je ne suis pas tombée. Je me suis juste assise par terre pour anticiper la chute. Réflexe acquis. Je ne suis pas toute seule dans ce coin paumé mais je ne connais personne. Je ne veux pas. Une fois qu'ils seront ressourcés de cette couleur verte, ils se relèveront et traceront leur route en protestant qu'ils sont heureux. Mensonge.
Comme Elles Eux. On doit attendre en silence pour ne pas déranger ceux qui déshabillent leur coeur. Je nage dans l'incompréhension avec un voile sur les yeux. Question de pudeur. Faut toujours faire attention à la date de péremption.
Il a honte. Encore. Ce mot raisonne toujours trop fort. Je parcours mon répertoire à la recherche d'un prénom distributeur de sourires. En vain. J'ai la trouille du hors service alors je plonge j'me tais. Et lui il m'appelle pour me dire qu'il est complètement bourré et qu'il se sent juste heureux. C'est moche. T'as raison, baisse la tête.
Je suis une inculte des sentiments mais je suis polie. Rien à voir. Ça ne changera jamais. Et maintenant tout le monde se met à chialer. Même lui. Sa mise en scène vire au cauchemar et moi je me cache. Je sais où je dois poser mes doigts alors ne perds plus ton temps à me mentir. C'était juste un masque.

75163345_1_

Posté par Escargotte à 22:57 - Commentaires [28] - Permalien [#]


Commentaires sur Impression de déjà vu.

    là, se retrouver à porter un masque face cette incompréhension, ça semble aller de soi

    Posté par Jef (20six), 12 janvier 2007 à 23:05 | | Répondre
  • Jef (20 six) > Sans doute, oui ...
    Merci de continuer à passer par ici. Même si.
    Bisous.

    Posté par Escargotte, 12 janvier 2007 à 23:15 | | Répondre
  • Je sais pas trop quoi dire, comme à chaque fois que je veux te laisser un commentaire. Une fois, tu m'as dit que tu galérais à chaque fois que tu voulais me laisser un commentaire parce que tu n'avais plus de mots. Pour moi c'est pareil. Je suis dérouté par ces pronoms personnels sur lesquels on n'arrive pas à mettre un prénom, un visage. Ton texte est une succession d'indices qui nous rappellent que ton monde n'appartient qu'à toi. On n'a pas le droit d'y pénétrer. C'est bien, garde ta pudeur. C'est ce que l'être Humain a de plus grand. Merci pour tout, Angie. Et continue à écrire, c'est superbe. Continue, encore et encore, c'est increvable. Ecris. Je passerais des heures à te lire. Ecris.
    Bisous.

    Posté par Etienne, 13 janvier 2007 à 04:47 | | Répondre
  • °°°

    Il est ivre, il est heureux...
    Pour beaucoup ça fait ça !
    J'en fais partie.
    Dur de devoir parfois avoir besoin de boire pour se sentir bien, ou en avoir l'impression...
    :-/

    Posté par Headbanging, 13 janvier 2007 à 11:49 | | Répondre
  • Etienne > Merci beaucoup Etienne, pour ton mail, pour les commentaires et surtout pour ta présence. On a le droit de pénétrer dans mon monde, mais pas n'importe qui, et pas tout de suite. Il faut du temps. Toujours. Merci.

    Headbanging > Oui, je sais que boire entraîne parfois une sensation de bien-être pour beaucoup de monde et j'en fais aussi partie dans les soirées. Mais justement, c'est dommage. Avoir l'impression d'être heureux alors que non. Bisous.

    Posté par Escargotte, 13 janvier 2007 à 12:14 | | Répondre
  • ...

    Toujours ces textes complexes au quel je ne peux dire grand chose... Que puis-je ajouter qui ne serait de trop dans ton monde... juste un silence...
    Bisous.

    Posté par un petit ange..., 13 janvier 2007 à 12:32 | | Répondre
  • Un petit ange > Juste un silence qui en dit beaucoup. J'aime bien, tu sais.
    Excuse-moi de ne plus être vraiment là, mais je ne t'oublie pas. Je ne suis pas très loin. J'espère que tu restes forte. Bisous

    Posté par escargotte, 13 janvier 2007 à 12:42 | | Répondre
  • c'est consternant de se retrouver autant dans une note qui n'est pas de soi.
    En tout cas c'est joliment écris [wai je trouve rien d'autre à dire mais au moins je le pense]

    Posté par k0ma, 13 janvier 2007 à 16:11 | | Répondre
  • k0ma > J'te remercie. Et puis je suis contente de te revoir par ici. Bouche cousue. Faut pas forcer sinon ça fait mal. On chuchotte en esperant qu'ils entendront. Ou non. Bisous.

    Posté par Escargotte, 13 janvier 2007 à 16:17 | | Répondre
  • bonsoir toi

    Je n'ai pas peur de te tenir la main et de t'emmener loin dans les rêves, ceux qui sont immortels, t'emmener sur les couchers de soleil dont rêve tous ces enfants. Viens avec moi et laisse toi léviter avec le vent... Je t'emmène danser ce soir... Ferme les yeux, j'arrive...

    Posté par Punky Light, 13 janvier 2007 à 22:19 | | Répondre
  • Punky Light > Emmène-moi loin alors. Ce soir, je te laisse tenir les fils. C'est toi qui fais vivre la marionnette. Tu peux l'emmener où tu veux mais ne la laisse pas tomber. Elle est fragile. Faut pas la laisser par terre.

    Posté par Escargotte, 13 janvier 2007 à 22:38 | | Répondre
  • A cette marionnette, je lui donne un coeur, un coeur pour vivre et exister, je la serre contre mes bras et tant qu'elle sera a mes cotés, on ne lui marchera sur les pieds... Elle ne se sentira désormais plus petite mais d'une grandeur amicale qui se fera ressentir dans son nouveau mouvement organique...

    Posté par Punky Light, 13 janvier 2007 à 22:45 | | Répondre
  • Punky Light > Fais-la danser, permets lui d'oublier toutes ces choses qui lui font mal et qui l'empêchent d'avancer. Elle te fait confiance tu sais. Elle a envie de te serrer fort et de laisser sa tête contre ta poitrine. Rassurée. Elle ecoute et sourit en ecoutant les battements réguliers de ton coeur. Et puis elle rêve. Encore. Prends lui la main.

    Posté par Escargotte, 13 janvier 2007 à 22:56 | | Répondre
  • Je lui tiens la main mais je ne suis pas sûr qu'elle s'en rende compte, je me sens tout autant rassuré de la sentir a mes cotés, de ses rêves, je ferais une réalité... Qu'elle s'endorme dans mes petits bras gracieux, je la regarderais dormir, je lui caressait les cheveux et l'emmènerais tres loin, là où se coeur veut se poser...

    Posté par Punky Light, 13 janvier 2007 à 22:59 | | Répondre
  • Punky Light > Elle ne connait pas. Elle n'a pas l'habitude alors elle a un peu peur.
    Dis-lui toi. Dis-lui qu'elle n'est pas seule et qu'il y a encore des gens autour d'elle pour la faire avancer et rêver.
    Dans tes bras, elle a envie de fermer les yeux et ne plus penser aux aiguilles qui avancent. Le temps se fige et elle te regarde sans parler. Comme pour dire merci.
    Tu l'entends?

    Posté par Escargotte, 13 janvier 2007 à 23:16 | | Répondre
  • N'aie pas peur petit ange, tu n'es pas seule a present car un perfait inconnu, un magicien de l'air a envie de combler tes reves, de te savoir heureuse, tu n'es plus seule, je suis là... Qui je suis n'a aucune importance, je ne te ferais pas de mal, je ne te ferais jamais pleurer, ferme les yeux, endors toi, je veille cette nuit, le temps n'existent plus dans cette réalité... Ne me remercie pas... souris...

    Posté par Punky Light, 13 janvier 2007 à 23:17 | | Répondre
  • Punky Light > Elle [t']aime bien. Elle ne te demandera pas qui tu es. Elle profitera juste de cet instant en frissonnant dans tes bras. Comme une petite fille. Sers-la fort.
    Son regard se voile souvent trop vite. Elle regarde autour d'elle et envie tous ces gens qui sourient. Elle essaye. Elle copie mais trouve ça moche. Elle veut un vrai sourire.
    Un qu'elle aura dessiné tout seule. Grâce à toi.

    Posté par Escargotte, 13 janvier 2007 à 23:35 | | Répondre
  • Regarde moi petit ange, regarde au fond de mes yeux et imprègne tes sens de ma douceur... Je te serre contre mon coeur, regarde moi, n'envie pas les autres, ce ne sont que des facades alors oui, je comprends que tu trouve ca moche, je le vois... Regarde moi, regarde les étoiles au fond de mes paupières... Tes lèvres se défilent, peut etre un sourire se dessine...

    Posté par Punky Light, 13 janvier 2007 à 23:37 | | Répondre
  • Punky Light > Elle se crispe un peu quand elle marche dans un terrain inconnu. Elle se sent minuscule et fragile dans la foule alors elle baisse la tête. Elle a envie de fermer les yeux et de sentir tes mains autour de sa taille pour lui montrer le bon chemin.
    Regarde, elle esquisse un sourire en essuyant ses larmes d'un revers de la main. Timide. Elle te regarde.

    Posté par Escargotte, 13 janvier 2007 à 23:53 | | Répondre
  • Je lui tiens la main, je la serre contre moi et rien ne peut separer cette tendresse, qu'elle ne prenne pas peur a la vue d'autre passant, je la protège des ragards méfiants et malfaisants, ses larmes n'en sont que plus joyeuses a mes cotés, elles sont de senteur miel et sucrés... Timide et confiante, elle me regarde et n'a plus peur d'affronter avec moi ces gens, cette vie, cette existence...

    Posté par Punky Light, 14 janvier 2007 à 00:02 | | Répondre
  • Punky Light > Elle se sent grandir et affronte timidement la realité en essayant de ne pas s'emmêler les pieds. Elle essaye de se detendre. Rien qu'un peu. Sa voix vacille et ses yeux en disent trop. Elle n'aime pas parler de ce qui fait mal. Elle aimerait comprendre comment fonctionne le monde des grands et colorier tous les gens en vert. Elle se souvient.

    Posté par Escargotte, 14 janvier 2007 à 00:15 | | Répondre
  • Je la regarde et pose délicatement mon index sur ses lèvres pour qu'elle se taise et ne dis plus de bêtises, ni ne repense et songe aux hantises... Je la regarde comme un ange, lui sourit tendrement et pose délicatement ma main sur sa joue pour qu'elle sente la chaleur de mon coeur, l'amour que j'ai en moi et que je désire donner... Elle pose sa main sur la mienne, ferme les yeux. Elle se sent bien, elle est envahit de milles et une couleur, le paysage, le relief change et de la noirceur se crée un royaume de féerie, de passion et de douceur... *Dessine moi, colorie moi en vert et je serais le petit lepreuchaun d'hiver, de tes pensées, de cette réalite...

    Posté par Punky Light, 14 janvier 2007 à 00:21 | | Répondre
  • Punky Light > Et puis elle s'allonge en plein milieu de la route comme si les voitures ne pouvaient même plus la percuter. Elle regarde le ciel et laisse ses rêves s'eparpillés devant les gens. Elle oublie sa peur et savoure les étoiles que tu lui offres. Elle essaye de voir en toi et de comprendre pourquoi tu fais tout ça pour elle. Regarde ce que tu lui fais faire. Elle dessine des nouveaux sourires et les colle sur ta bouche pour te remercier.

    Posté par Escargotte, 14 janvier 2007 à 00:32 | | Répondre
  • Les voitures ne la percutent pas parce que j'ouvre les bras et change le décor en une pleine merveilleuse, une prairie coloré de rose et de bleu, la lune nous souris, je lui apporte une petite couverture pour qu'elle ne prenne pas froid. Mais elle se pose aussi beaucoup trop souvent de "Pourquoi"... Ce que je suis n'a aucune importance, je veux l'aider a aimer cette existence qui se lit et rien que pour cela, je retrouve gout a la vie...

    Posté par Punky Light, 14 janvier 2007 à 00:37 | | Répondre
  • Punky Light > Et de vert. Elle veut du vert partout. Elle ne t'expliquera pas pourquoi mais les seules couleurs qu'elle distingue c'est le rouge et le vert. Elle se sent bien et ne ressent même plus le besoin de parler. Blottie sous sa couverture de rêves elle se sent maintenant intouchable. Elle ferme les yeux et te chuchotte un merci tout timide.

    Posté par Escargotte, 14 janvier 2007 à 00:45 | | Répondre
  • Une couverture, un plaid a carreau de couleur rouge et vert seront son inspiration. Je ne demande pas d'explications. Je reste là a ses cotés et je veille a son bien être, a son éveil, a ses rêves pour les rendre magique. Qu'elle ne me remercie pas, qu'elle apprécie cette folie de vivre, de se battre et de ne jamais abandonner. Ne me remercie pas, souris moi. Ce sera le plus cadeau que tu pourras me faire...

    Posté par Punky Light, 14 janvier 2007 à 00:50 | | Répondre
  • Tes articles me glacent. Je suis déroutée par cette noirceur, cette immense part d'ombre en toi, ce côté négatif, pessimiste ? Je crois que quand je me promène sur les blogs, j'aime au contraire les messages positifs, la bonne humeur, la légèreté, la profondeur aussi, mais toujours l'espoir.

    Posté par Mélidune, 14 janvier 2007 à 20:12 | | Répondre
  • Mélidune > Des mots pour des maux. J'écris uniquement ce qui me fait mal et ce qui me touche. Donc evidement, il n'y aura pas d'articles super joyeux ici.

    Posté par Escargotte, 14 janvier 2007 à 20:53 | | Répondre
Nouveau commentaire