Parce que moi aussi j'ai mes rêves.

21 février 2008

Et puis.

Je suis ailleurs. Je ne sais pas pour combien de temps mais ... http://ribosome.canalblog.com

Posté par Escargotte à 18:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]


28 février 2007

Plouf? Nan..

On ferme les yeux et on attend.
Sans prevenir, on s'effacera..

Posté par Escargotte à 00:30 - Commentaires [8] - Permalien [#]

09 février 2007

T'as vu m'dame, c'est Angie.

Avant d'accueillir la démo, l'écran devient tout noir et le silence nous recouvre amoureusement pendant quelques secondes. Le vide avant le plaisir. On réagit mal.
Et la flamme continue de danser devant nos yeux fatigués. Incompréhension.
J'ai dansé avec l'homme qui a brisé la vie d'une fille de 14 ans. J'ai sourit et eu plaisir à danser avec cet homme que je ne connaissais pas. Je me souviens que j'avais même aimé ça ... Je ne pouvais pas savoir. Je ne comprenais pas pourquoi elle restait immobile au fond de sa chaise le jour des 18 ans de sa grande soeur et pourquoi elle avait pleuré en lisant une lettre bourrée de "je t'aime". Elle ne m'étais pas indifférente mais je ne pouvais pas comprendre. C'était la première fois que je m'étais les pieds dans cette famille et l'alcool m'envahissait trop vite. Et eux aussi. Je m'en veux.
J'aurais voulu lui dire, avant même que ses larmes se mettent à couler, que je comprenais ce qu'elle ressentait pour l'avoir [trop] vécu dans ma vie de petite fille; et quand quelque sorte, je savais au fond de moi qu'elle avait frappé à la bonne porte. Je serais là pour elle et elle serait là pour sa petite soeur de 14 ans. Seulement, 14 ans.

gratt

Posté par Escargotte à 18:24 - Commentaires [11] - Permalien [#]

28 janvier 2007

Je veux me noyer dans des mails.

Écrire la vérité et l'effacer rapidement avec l'embout blanc magique, pour me persuader que je ne peux pas être tombée si bas si vite. Que je dois être une fille qui écrit des fictions et non des articles autobiographiques. Que ma vie ne peut pas se résumer à ça. A ce rien qui prend trop de place et qui m'étouffe progressivement. Les pages se tournent et restent vierges. Elle ne pleurera plus à cause de mes mots maladroitement alignés sur des vieux cahiers scolaires. Mathématiques. Tu parles. Entre toutes ces formules je prenais le temps de caser mon silence. Ma promesse déjà fichue.
Je me cramponne à des souvenirs trop vite éteints et m'habille de vêtements qui ne m'appartient pas. Un petit bout d'eux contre ma peau trop frêle pour les sentir encore. Pas loin. Pour me dire que je ne suis pas seule et qu'il me suffit de tendre la main pour vivre des histoires semblables à celles qu'ils me racontent. Le CD tourne et libère les notes qu'on n'a pas assez partagé. J'ai été trop vite mais regarde, je ne t'ai pas menti. Elle commence à s'envoler.

Spirit_of_Freedom_by_gulak

Posté par Escargotte à 18:52 - Commentaires [18] - Permalien [#]